14 juillet 2016

Loisirs

En France, pas moins de deux millions d’enfants vivent sous le seuil de pauvreté.

Ils sont les premières victimes de la précarité.

Leurs familles fragiles sont trop isolées pour leur offrir les conditions d’un développement satisfaisant.

Les plus pauvres ne peuvent leur proposer certains biens qui leur seraient utiles pour s’épanouir : bonnes conditions de logement, bonne alimentation, livres, ordinateurs, visites culturelles…

                                                                                          

 

Les enfants pauvres réussissent donc moins souvent car ils n’ont pas pu disposer de ces biens.

En situation de précarité, ils sont plus que d’autres exposés à certaines pathologies, liées le plus souvent à un habitat insalubre, comme l’obésité, qui touche certes l’ensemble de la société mais plus particulièrement les populations défavorisées.
Les populations précarisées, exclues, sont en moins bonne santé que le reste de la population.

——————————————————————————————————————————————————

Les enfants sont une priorité pour l’association Chabeuil Aide et Partage.

Mais comment ?

Sans s’ingérer dans le système scolaire ou dans la vie de famille, nous essayons de voir avec les parents, quand cela est possible, quelles sont les aides utiles.

L’association propose aux familles une aide pour toutes activités extra-scolaires.
Basket, BMX, Cirque, Danses, Equitation,Foot ball, Gym, Hand Ball, Judo, Karaté, Rugby, Savate, Tennis, Twirling,

Nous demandons aux parents de s’engager à amener régulièrement leur enfant à cette activité.
En 2016,  27 enfants bénéficient de ces aides.

 

Pendant les vacances scolaires, l’association propose une aide pour 4 semaines de séjours, centre aéré ou autre.

La famille ne règle que 2 € par jour de présence, et l’association règle le reste après déductions des aides diverses (bons vacances, aides départementales ou communales).
En 2016, 43 enfants ont bénéficié d’aides pour des séjours en centre aéré.

Important :

Toutes ces aides sont toujours mises en place en accord avec les assistantes sociales.